L'actualité Moto

Tous nos conseils pour réussir votre plateau moto

Pour de nombreux motards, être au guidon de leur deux roues procure un sentiment de liberté et de plaisir. Cependant, ils doivent d’abord obtenir le permis de conduire pour pouvoir enfourcher leur monture en toute légalité et respecter les exigences de la sécurité routière. Or, il faut passer un examen avec plusieurs épreuves à la clé pour réussir. On parle notamment ici du plateau moto qui fait peur aux futurs conducteurs de motos.   

C'est quoi le plateau en moto ?

Également appelé epreuve hors circulation, il fait partie d’une série de 3 examens qui permettent de décrocher le permis A ou permis moto. Cette epreuve se décompose de 5 exercices et sert à démontrer que le candidat possède les aptitudes nécessaires pour obtenir le permis moto. Mais auparavant, il lui faut suivre une formation sur piste de 8 heures au minimum.

Comment réussir le plateau moto ?

Pour le réussir, il est indispensable de suivre un entraînement soutenu après la formation de 8 heures au moins. Au cours de cet entraînement, le candidat doit travailler 5 exercices différents, à savoir le lent, le freinage, la poussette, l’evitement et le duo. Il peut aussi demander des conseils auprès de son moniteur afin de réussir cet examen tant redouté par les motards.

C’est quoi le plateau en moto ?

Le plateau moto est le deuxième examen d’une série de 3 épreuves permettant à un candidat de réussir son examen du permis de conduire. Cette epreuve a lieu après que ce dernier ait réussi à l’examen du code de la route moto. La validité de cet examen théorique est de 5 ans. L’objectif de ce parcours est de s’assurer que le motard maîtrise suffisamment sa monture et qu’il a acquis les connaissances indispensables dans le domaine de la securite pour rouler en totale autonomie sur les routes de France. Pour cela, il doit d’abord suivre une formation dans une moto école d’une durée minimale respective de 8 heures sur piste et de 12 heures sur route.

Ensuite, il peut affronter l’epreuve hors circulation. Cette dernière inclut la vérification du véhicule, un test de maniabilité et un test oral. La durée de l’examen plateau moto est de 17 minutes 30 secondes. Il faut souligner qu'il se déroule avec ou sans passager et à une vitesse différente chaque fois. Ces tests comprennent aussi un freinage à la fin du parcours.

Comment réussir le plateau moto ?

Pour réussir l’epreuve hors circulation, le candidat motard doit bien se préparer et maîtriser les différents exercices qui peuvent l’attendre lors de l’épreuve pratique pour passer le permis. En d’autres termes, il doit s’entraîner sans cesse afin de ne pas être pris au dépourvu au moment de passer les tests. Le fait d’accumuler des heures de conduite lui permet d’ailleurs de connaître sa moto sur le bout des doigts et de mieux appréhender les différentes situations tout au long du parcours, qu’il soit avec ou sans passager.

Par exemple, il doit maîtriser le freinage, le changement de vitesse ou encore le roulage à faible allure ou à allure normale sur sa Honda ou sa Yamaha. En outre, le candidat à l’obtention du permis moto doit répondre à une série de questions concernant les vérifications techniques de son véhicule. Enfin, il devra faire lui-même ces vérifications afin de démontrer à l’examinateur qu’il connaît bien le volet technique concernant sa monture.

Comment se déroule le plateau moto 2022 ?  

Pour l’année 2022, l’epreuve hors circulation se décompose en 3 parties bien distinctes. Mais auparavant, l’inspecteur commence par vérifier l’identité du candidat qui se trouve devant lui. Dans cette optique, ce dernier doit porter tous les équipements de sécurité obligatoires, à savoir :

  • Une combinaison de protection ou un blouson avec un pantalon,
  • Un casque homologué,
  • Une paire de gants,
  • Une paire de bottes ou de chaussures montantes.

C’est seulement par la suite que commence l’examen proprement dit dont voici les principales étapes :

La vérification du deux-roues

Le motard doit répondre à 3 questions se rapportant à des vérifications techniques de son engin. Ces vérifications concernent en particulier les éléments techniques, les commandes, l’éclairage et les accessoires de protection. Ensuite, il effectue les vérifications se rapportant aux questions qui lui ont été posées durant l’epreuve.

Les tests de maniabilité

Par la suite, il faut passer les tests de maniabilité. Ces derniers se décomposent en 3 phases :

  • la maîtrise de l’engin sans mettre le moteur en marche. Le but de ce test est de démontrer à l’examinateur que vous êtes capable de supporter le poids de votre véhicule lorsque le moteur est à l’arrêt et que vous connaissez toutes les vérifications à faire avant de prendre le guidon. Savoir trouver l’équilibre entre la roue avant et la roue arrière est donc primordial pour passer ce test avec brio.
  • La maîtrise du deux-roues à allure réduite sur un circuit sélectionné par l’examinateur. Chaque circuit inclut un slalom à réaliser seul et ensuite avec un passager à l’arrière, avec toujours un virage à la fin du parcours. Il est possible que le candidat emporte un passager pendant ce test à faible vitesse.
  • La maîtrise de la moto à allure normale où le candidat doit aussi réaliser un freinage lorsqu’il a terminé son parcours à vitesse normale.

Le test oral

Cette epreuve se tient immédiatement après les tests de maniabilité. Dans ce cadre, l’examinateur interroge le motard sur 12 fiches concernant le détail lié au fait de conduire une moto et à l’engin lui-même. Les questions peuvent également porter sur la réglementation ainsi que les éléments de signalisation spécifiques aux deux-roues. Il faut alors que le candidat présente une argumentation dont la durée varie entre 5 et 10 minutes.

Quelle note pour avoir le plateau moto ?

Un système de lettres est utilisé pour noter les candidats dans chaque test :

  • A s’il maîtrise bien le point évalué
  • B si sa maîtrise est moyenne
  • C s’il ne maîtrise pas le point évalué.

Pour réussir son epreuve hors circulation, le conducteur doit avoir un A au minimum et aucun C dans les tests de maniabilité. Il est important de souligner que les chutes sont éliminatoires dans ces examens sur circuit et sur piste. De même, la faute eliminatoire pour le permis est la fausse réponse dans le test oral.

Aussi, le conseil pour le permis est de bien s’entraîner et de suivre une formation à la conduite pour optimiser ses chances de réussite et donner à l’examinateur l’impression qu’on est capable de conduire son engin en toute sécurité, d’effectuer un bon freinage, que ce soit dans les virages ou en ligne droite, et à n’importe quelle vitesse.

Quelles sont les étapes pour le permis moto ?

Vous devez savoir que le plateau moto n’est qu’une étape dans le processus de l’obtention du permis A. Plus précisément, voici les étapes à respecter :

  • La formation au permis motocommence par l’apprentissage du code de la route : bien connaître le code de la route permet d’appréhender les règles et les lois à respecter sur les routes. Cette formation théorique est ensuite sanctionnée par un examen théorique.   
  • Le plateau, une étape incontournable pour passer votre permis théorique : dans cette optique, il faut apprendre différentes leçons de conduite pour assurer votre réussite aux tests.
  • La circulation, l’examen pratique : il s’agit de convaincre l’examinateur que vous êtes en mesure de mettre en pratique toutes les connaissances que vous avez acquises et que vous êtes en droit de conduire une moto, avec passager ou non.  
  • Deux ans plus tard, la passerelle vous permettra de conduire des véhicules bénéficiant de la puissance maximale : il s’agit de préparer les motards titulaires du permis A2 à conduire des motos de toute puissance en toute sécurité.